Jouer du Piano STRIDE

english version Accueil Harlem et
les rois du stride
Une histoire de
Fats Waller
Album, Liens Ré-édition RCA Jouer du
piano stride



One never knows, do one ?

Jouer le Stride des années 20 reste une performance. Quelques adeptes y sont parvenus par un patient travail d'écoute, d'imitation et de répétition acharnée. C'est l'essence même de cette musique qui ne se transmettait qu'entre initiés, avec les yeux et les oreilles. Avec l'habitude, l'écoute permet de distinguer nettement les notes et il ne reste plus - si l'on peut dire - qu'à jouer et répéter des centaines de fois ces notes, ces phrases, ces morceaux, jusqu'à ce que cela ressemble à quelque chose de naturel, bien assis sur un tempo quasi-immuable. La connaissance de l'harmonie "classique" - construction et progression des accords - est un plus indéniable.

   The Mule Walk (J.P.Johnson)  par Louis Mazetier

Louis MazetierPour ce qui est des yeux, c'est plus difficile car les clubs enfumés et les cabarets louches où sévit un pianiste "Stride" digne de ce nom ne sont plus nombreux. Dans notre bonne vieille France, citons Louis MAZETIER, qui perpétue le style dans la plus pure tradition, mais aussi Olivier LANCELOT, Philippe SOUPLET, le regretté Philippe BAS.

Ailleurs dans le monde, Dick HYMAN, Mike LIPSKIN, Neuville DICKIE, Bernd LHOTZKY, Stephanie TRICK, Paul ASARO, Judy CARMICHAEL ... tous ces pianistes de talent donnent à cette musique presque centenaire, une jeunesse éternelle.



Conceto n°2 de RACHMANINOV
dans un arrangement stride de
Cédric GRANELLE

RACHMANINOV

 


Sweet Savannah Sue (Brooks, Waller, Razaf) par Dick Hyman

Dick HYMAN
Mais il y en a d'autres ; qu'ils soient dilettantes ou professionnels, jeunes ou moins jeunes, ce style a ses adeptes et les amateurs sont nombreux qui se pressent et s'approchent dès qu'un piano fait entendre la tranquille pulsation d'un morceau de Stride. Cet aboutissement n'est possible qu'à condition de posséder - en plus d'une bonne oreille - une technique assez avancée. Le rôle de la main gauche est déterminant, sans compter qu'il est préférable d'avoir des mains qui permettent facilement l'écart de dixième, très utilisé par les grands maîtres. (Je ne sais plus qui disait que serrer la main de Fats vous donnait l'impression de saisir un régime de bananes ... Georges Shearing, merci) Alors ceux qui dans leur prime jeunesse auront tâté un peu de la méthode Hanon, puis joué quelques valses de Chopin avant de se rabattre sur Scott Joplin, auront un avantage certain pour aborder ce style, mais ce n'est pas une condition sine qua non, l'essentiel étant le coeur et la motivation.

Cet apprentissage par l'écoute et l'imitation a souvent ses limites et la musique écrite est alors indispensable.
Beaucoup de partitions, de Fats Waller ou traitant de piano Stride ont été éditées durant ces dernières années. Certes, elles apportent des solutions, mais la plupart ont été écrites de manière arrangée ou simplifiée et ne relèvent pas d'une véritable transcription.

Voici des recueils de transcription "note pour note" qu'il est intéressant de connaître car ils apportent beaucoup d'explications sur le jeux des célébrités du "stride" au travers de thèmes fameux.

Transpiration garantie !

P Marcorelles Scivales Paul Posnak
Fats Waller piano solos
Transcriptions de
Paul Marcorelles.

Harlem stride piano solos
transctiptions de
Ricardo Scivales
(Ecay Music)
Thomas Fats Waller
The great solos
transcriptions de
Paul Posnak
(Hall Leonard)

Autre source précieuse, on trouve sur les pages du regretté John Farrell un grand nombre de transcrpitions, fichiers midi et piano rolls. Tout cela vaut le détour.

Toutes ces partitions permettent d'approcher encore plus près le style "Stride" des grands maîtres et leur difficulté en dit long sur les qualités pianistiques de ces personnages.
Elles ne permettront jamais une parfaite imitation de nos idoles ; cela présenterait d'ailleurs peu d' intérêt, autant écouter l'original ; Et puis, jouer avec sa sensibilité et son propre style est toujours mieux qu'une pâle imitation.

Il faut aussi se rappeler que cette musique était principalement improvisée et qu'elle doit conserver le plus possible son caractère spontané, inventif et parfois même, audacieux.    

Merci d'avoir passé quelques instants sur ces pages.

Fats est un vieux compagnon depuis l'adolescence. "Quelques" années plus tard, je suis toujours aussi admiratif lorsque je l'écoute, sans parler de sa bonne humeur, si communicative ... elle abaisse la tension et balaie le stress en quelques secondes. (un médecin pourrait confirmer ! Yes, Yes, Yes )

J'ai commencé le piano très jeune et j'ai eu la chance de jouer dans de nombreuses formations de jazz tout en continuant mon activité professionnelle.
Partager cette musique est toujours un grand plaisir ; Ce site est d'ailleurs l'occasion de quelques échanges avec des passionnés des quatre coins du monde que je salue cordialement et remercie pour leurs messages amicaux

A bientôt,

Jean-Carl Simonetti  (jcs.sim(at)orange.fr)

Petit hommage personnel  ...


 
Alligator Crawl

 
Clothes Line Ballet

 
Honeysuckle rose



références :
Ain't Misbehavin, the story of Fats Waller by Ed Kirkeby - Da Capo Press, NY
 Fats Waller, by Maurice Waller and A.Calabrese - Schimer books NYr books NY
Fats Waller, Alyn Shipton - Omnibus Press, London
Crédit photos : The Frank Driggs collection, M. Lipskin, S. Grossman, D.Schiedt

copyright 2000 - 2017  JCS

 

Accueil   Harlem et les rois du stride   Une histoire de Fats Waller   Album, Liens   ré-édition rca   jouer du piano stride